Show simple item record

dc.contributor.advisorKoita, Ousmane
dc.contributor.advisorHaidara, Dadé Ben Sidi B.B.
dc.contributor.authorDakao, Hamza Oumarou
dc.date.accessioned2019-08-20T16:33:47Z
dc.date.available2019-08-20T16:33:47Z
dc.date.issued2018
dc.identifier.other18M186
dc.identifier.urihttps://www.bibliosante.ml/handle/123456789/1997
dc.descriptionThèse d'exercice : médecine. Médecine générale : Université des Sciences des Techniques et des Technologies de Bamako, Faculté de Médecine et d'Odontostomatologie : 2018
dc.description.abstractCONTEXTE : L'hépatite virale B (HVB) et le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) constituent un véritable problème de santé publique mondiale et plus particulièrement en Afrique au sud du Sahara. Ces deux affections virales ont des particularités communes du point de vue épidémiologique, évolutif et modes de transmission. D'où la nécessité d'effectuer un dépistage systématique de l'HVB chez les PVVIH afin d'améliorer leur prise en charge. OBJECTIF GENERAL de cette étude était d'évaluer la co-infection VIH/VHB au centre de santé de référence de Sélingué. METHODOLOGIE : une étude prospective s'est déroulée d'Aout à Décembre 2017 au CSRéf de Sélingué et au LBMA. A été inclus tout patient venu au laboratoire du CSRéf de Sélingué pour un test de diagnostic du VIH, un dépistage volontaire de l'infection au VIH ou un don de sang après avoir accepté d'y participer à l'étude. Un prélèvement veineux a été réalisé suite à l'entretien individuel. Puis les tests rapides pour le dépistage de l'infection à VIH (DETERMINE®, SB-BIOLINE® et ACCESS-BIO™) ont été effectués. Quant au dépistage du VHB, il a été effectué par technique moléculaire par PCR. RESULTATS sont les suivants : sur un total de 31 échantillons analysés, 14 se sont révélés positifs en Ac anti-VIH1 soit une séroprévalence de 45,16 p.100 et 6 se sont révélés positifs au VHB soit 19,35 p.100 . Quant à la co-infection VIH/VHB, elle était de 4/14 soit 28,57 p.100 . Il n'existait pas de différences statistiquement significatives entre les patients co-infectés par le VIH et le VHB par rapport aux mono-infectés pour chacun des deux virus ni même par rapport aux séronégatifs. CONCLUSION : on note une co-infection relativement élevée qui mérite d'être vérifiée par des études de biologie moléculaire avec une taille d'échantillons plus importante afin de mieux caractériser ces co-infections virales.
dc.language.isofre
dc.publisherUniversité des Sciences, des Techniques et des Technologies de Bamako
dc.subjectHépatite virale BInfections à VIHComorbiditéCentre de santé de référenceSélingué
dc.titleCo-infection VIH/VHB AU Centre de sante de référence (Csréf) de Sélingue (Mali
dc.typeThese


Files in this item

Thumbnail

This item appears in the following Collection(s)

Show simple item record